Pas d’école avant le 4 mai… finalement

Pas d’école avant le 4 mai… finalement

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

La frontière avec les États-Unis fermée jusqu’au 21 mai

La frontière entre le Canada et les États-Unis restera fermée 30 jours supplémentaires. Le premier ministre Justin Trudeau a pris cette décision pour « protéger les gens des deux côtés de la frontière ». Le président américain, lui, voulait rouvrir la frontière la semaine dernière. Mais il n’a pas été suivi par Justin Trudeau.

Seuls l’alimentation et le matériel médical continuent de pouvoir traverser la frontière. La plus grande frontière terrestre du monde avait été fermée le 21 mars pour un mois. Le but : lutter contre la propagation du coronavirus. 

Les frontières canadiennes sont aussi fermées à tous les voyageurs internationaux. Cette mesure s’applique jusqu’au 30 juin prochain. Seuls les citoyens canadiens et les résidents permanents peuvent rentrer au pays. 

Pas de date pour la reprise des classes

Les écoles ne rouvriront pas avant le 4 mai prochain. Quand elle devra avoir lieu, la réouverture sera annoncée au moins deux semaines en avance. Pour l’instant, aucune date n’a été avancée même si elle pourrait avoir lieu avant juin, selon le premier ministre du Québec. 

Le gouvernement québécois étudie tout de même la possibilité de rouvrir les services de garde pour tous les enfants à partir du 4 mai. Des précautions devront être mises en place pour garantir la sécurité des jeunes et du personnel. Il faudrait notamment que les enfants puissent rester à une distance de sécurité les uns des autres en tout temps.

En ce moment, les services de garde n’accueillent que les enfants des travailleurs essentiels, comme le personnel médical et policier. La réouverture permettrait aux parents d’autres secteurs de retourner travailler.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 36 670 personnes infectées par le coronavirus, dont 19 319 au Québec. Jusqu’à maintenant, 1710 malades sont morts dans le pays, dont 939 au Québec. Dans le monde, plus de 2,4 millions de personnes ont été atteintes et 168 500 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

Brésil : Bolsonaro toujours contre le confinement

Le président brésilien, Jair Bolsonaro, a participé à une manifestation contre le confinement cette fin de semaine avec 600 personnes. Quelques jours plus tôt, il avait limogé (exclu) son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, car il était partisan de règles strictes de confinement.

Le président brésilien est opposé à la quarantaine de la population. Il considère que la COVID-19 n’est qu’une « petite grippe » et que les conséquences du confinement sont trop graves pour l’économie et la liberté des Brésiliens. Les gouverneurs des 26 États du pays, eux, sont favorables au confinement. 

Le Brésil est le pays d’Amérique latine le plus touché par la COVID-19. On dénombre à ce jour plus de 38 000 personnes infectées et 2462 décès.

L’immunité collective : une solution contre la pandémie ?

Plusieurs pays souhaitent essayer une autre solution que le confinement pour lutter contre le virus. C’est le cas de la Suède par exemple. Ils veulent, au contraire, exposer le plus grand nombre d’habitants pour atteindre « l’immunité collective ».

Cette idée est basée sur le fait que les personnes qui ont attrapé un virus développent des anticorps, qui les protègent contre la maladie. Ils sont alors immunisés et ne peuvent plus être contaminés par ce virus. Si un nombre suffisant de personnes sont immunisées, l’épidémie s’arrête puisque le virus ne peut plus circuler. 

Pour la COVID-19, il faudrait qu’environ 60% de la population soit immunisée, selon les spécialistes. Pour l’instant, on estime que seulement 1 à 6% des Québécois le sont, environ 10% pour les Français. 

Cependant, l’immunité collective ne semble pas être encore une solution sûre. La Chine a par exemple constaté que plusieurs personnes ont été contaminées par la COVID-19 après l’avoir déjà attrapée une fois. 


Un jour, un chiffre

19 000

C’est le nombre de personnes qui se sont inscrites à la plateforme Je contribue. C’est un site où les citoyens peuvent proposer leur aide pour lutter contre la COVID-19. Il s’adresse aux personnes qui ont perdu leur emploi et qui ont moins de 70 ans. 

Elles doivent avoir de l’expérience ou une formation en santé ou en services sociaux. Avec cette plateforme, elles peuvent être placées dans des milieux qui ont besoin de personnel, comme les CHSLD.

La question du jour

C’est quoi le PIB ?

Le PIB de nombreux pays chute. Le PIB, c’est le Produit intérieur brut. Il mesure la richesse d’un pays en fonction de la valeur de sa production de biens et de services pendant une année. Les biens sont la construction de maisons ou de voitures par exemple. Les services, ce sont les coupes faites par les coiffeurs ou des cours privés de français par exemple. 

Si un pays produit beaucoup, cela signifie que l’économie va bien. Plus son PIB est élevé, plus le pays est considéré comme étant riche. Par exemple, le PIB du Canada est d’environ 46 000$ par habitant. Celui du Soudan du Sud, un pays d’Afrique en guerre, n’est que de 236 $ par habitant.

En ce moment, la plupart des pays de la planète ont mis leur économie sur « pause » : beaucoup d’entreprises ont dû fermer, de nombreux travailleurs sont sans emploi. La production de biens et de services a donc beaucoup diminué. Par conséquent, la richesse des pays aussi. Au Québec, on estime que le PIB chuterait d’environ 5%, 8% environ en France et 9% au Canada.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Léa Villalba

Laisser un commentaire