Tag Archive Racisme

La Journée nationale des peuples autochtones

En trois questions, Le Curieux explique qui ils sont, pourquoi une journée leur est consacrée et les tentatives de réconciliation mises en place.

Qui sont les Autochtones ?

La Journée nationale des peuples autochtones a eu lieu dimanche au Canada. Depuis 1996, elle célèbre leur culture et leurs traditions. Les Autochtones sont les premiers occupants du territoire actuel du Canada.

Près de 1,7 million d’Autochtones vivent au Canada, dont 142 000 au Québec. Ils représentent près de 5 % de la population canadienne. Ils appartiennent à trois groupes : les Premières Nations (64% de l’ensemble des Autochtones du Canada), les Inuit (4%) et les Métis (30%).

Les Premières Nations vivent plutôt dans les régions au sud de l’Arctique. Les Inuit sont majoritairement établis dans le nord du Canada (Nunavut, Labrador, Territoires du Nord-Ouest et Nunavik). Les Métis sont issus de mélanges entre des Autochtones et d’Européens. Ils vivent plus particulièrement dans l’Ouest canadien.

Pourquoi une journée leur est-elle consacrée ?

Depuis 2009, juin est le Mois national de l’histoire autochtone. Le but est de sensibiliser la population sur l’histoire des Autochtones et les enjeux actuels. 

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba et Anne Gaignaire

Illustrations : Merci à The Noun Project

Un autre policier accusé du meurtre d’un Noir

En trois questions, Le Curieux explique ce qui s’est passé, comment réagissent les États-Unis à cette situation et qu’est-ce que fait le Québec pour lutter contre le racisme.

Qu’est-ce qui se passe ? 

Un autre homme afro-américain, Rayshard Brooks, 27 ans, est mort vendredi suite à son arrestation par un policier blanc, à Atlanta, aux États-Unis. Le policier est accusé de meurtre.

Ce nouveau drame a ravivé la colère contre les violences policières et le racisme. De nouvelles manifestations ont éclaté aux États-Unis. 

Dans le monde entier, ces événements font réfléchir sur le racisme. De nombreuses grandes marques lancent des messages contre le racisme et promettent d’embaucher plus de personnes noires dans leurs entreprises.L’Organisation des Nations unies (ONU) a aussi lancé une enquête sur le racisme et les violences policières aux États-Unis.

Que font les États-Unis ?

Le président américain a signé un décret (une loi) pour lutter contre les violences policières.

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba

Illustrations : Merci à The Noun Project

Des statues de personnages historiques jetées à terre

En trois questions, Le Curieux explique ce qui s’est passé, pourquoi les manifestants s’en prennent à ces statues et pourquoi ces symboles sont attaqués aujourd’hui.

Qu’est-ce qui se passe ? 

En Belgique, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, les statues de personnages historiques célèbres ont été déboulonnées (jetées à terre) par des manifestants. Les personnages représentés ont tous joué un rôle dans des périodes sombres de l’histoire de leur pays ou de leur ville.

À Bristol, en Angleterre, la statue d’Edward Colston a été jetée à l’eau. Ce marchand s’est enrichi grâce au commerce d’esclaves au XVIIIe (18e) siècle. Dans plusieurs villes américaines, des manifestants s’en sont pris aux statues de Christophe Colomb. Celui qui a découvert l’Amérique en 1492 est aussi considéré comme une figure du génocide (meurtre systématique) des Amérindiens.

Pourquoi s’en prendre à ces statues ?

Elles sont des symboles. Elles ont été érigées (construites) en souvenir de personnalités qui ont marqué l’Histoire.

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba

Illustrations : Merci à The Noun Project

Le profilage racial

1) Qu’est-ce qui se passe ? 

L’expression est revenue sur le devant de la scène avec la mort de George Floyd. Cet homme afro-américain a été tué par la police de Minneapolis, aux États-Unis, le 25 mai dernier. 

Le profilage racial désigne le comportement d’une autorité comme la police lorsqu’elle traite différemment les personnes selon leur couleur de peau, leur origine ethnique ou leur religion

Si un policier contrôle davantage de personnes d’une certaine communauté sans raison, il fait du profilage racial. Cette différence de traitement est liée au fait de croire qu’une personne pourrait avoir commis un délit seulement parce qu’elle est noire, autochtone, arabe, etc.

2) Est-ce une pratique fréquente ?

Le profilage racial est basé sur des stéréotypes sur des communautés. Il est très répandu dans le monde.

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba

Illustrations : Merci à The Noun Project

Le Québec poursuit son déconfinement

Le monde toujours secoué par la mort de George Floyd

La mort de George Floyd continue d’agiter la planète. « Black lives matter ! » La vie des Noirs compte. C’est sous ce slogan que de nombreuses manifestations ont eu lieu ce week-end dans plusieurs pays

À Minneapolis, les dirigeants de la ville considèrent que le racisme est trop présent dans la police locale. C’est dans cette ville du Minnesota que cet homme noir de 46 ans est mort lors de son arrestation il y a deux semaines. Ils ont annoncé qu’elle sera réformée (changée). Une loi a aussi été présentée pour réformer la police dans l’ensemble des États-Unis.

Pour plus d’informations, relisez notre article et notre revue la semaine de vendredi dernier (le 5 juin).

Québec : les rassemblements à la maison bientôt permis

La vie normale continue de reprendre son cours. À partir du 22 juin dans le Grand Montréal * et du 15 juin ailleurs, les familles et les amis pourront de nouveau se réunir à l’intérieur et retourner au restaurant. 

Le gouvernement du Québec a annoncé cette après-midi que les rassemblements de moins de 10 personnes seront autorisés à l’intérieur. Il faudra tout de même respecter la distanciation sociale.Il a aussi indiqué que les restaurants pourront accueillir leurs clients pour être un service aux tables et non pas seulement pour de la nourriture à emporter.

*Les villes de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM), la MRC de Joliette et la Ville de L’Épiphanie.


Pour en savoir plus, rendez-vous vendredi pour notre revue de la semaine !

Texte : Léa Villalba
Merci à The Noun Project pour les illustrations.

États-Unis : la mort d’un Noir tué par la police déclenche la colère

La Maison-Blanche attaquée, des voitures incendiées, des vitrines cassées… Les manifestations en cours ces derniers jours aux États-Unis ont dégénéré (ont mal terminé). 

Des deux côtés de l’océan, les manifestants protestent depuis plusieurs jours contre la brutalité policière et le racisme dans 140 villes américaines. À l’étranger aussi. Plus de 10 000 personnes se sont réunies hier, à Montréal.

À l’origine de ces événements : la mort de l’Afro-Américain (Américain d’origine africaine) George Floyd, 46 ans. Il est mort lundi dernier après avoir été arrêté par quatre policiers de Minneapolis, dans le nord-est des États-Unis.

«I can’t breathe»

Plusieurs images ont circulé sur les réseaux sociaux. Elles montrent George Floyd obéir aux policiers, qui le mettent quand même à terre et le menottent. L’un d’eux appuie un genou sur son cou. On entend George Floyd dire « I can’t breathe », c’est-à-dire « je ne peux pas respirer ». Il est mort peu de temps après.

Les quatre policiers ont été renvoyés de leur emploi. Derek Chauvin, celui qui a mis son genou sur le cou de George Floyd, a été arrêté et accusé de meurtre.

Cet événement a déclenché la colère de nombreux Américains, car aujourd’hui encore, les crimes racistes et les brutalités policières contre les Afro-Américains sont nombreux aux États-Unis. 

De nombreuses personnalités sportives, notamment de la NBA comme LeBron James, Steve Kerr ou Stephen Jackson ont apporté leur soutien à la famille de George Floyd.


Texte : Léa Villalba
Photo : Phil Roeder– Flickr

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

1
-10% sur les abonnements pour les écoles !Retrouvez les 5 avantages d'abonner vos élèves au Curieux
Je veux plus d'informations !