Tag Archive violences

Des statues de personnages historiques jetées à terre

En trois questions, Le Curieux explique ce qui s’est passé, pourquoi les manifestants s’en prennent à ces statues et pourquoi ces symboles sont attaqués aujourd’hui.

Qu’est-ce qui se passe ? 

En Belgique, en Grande-Bretagne, aux États-Unis, les statues de personnages historiques célèbres ont été déboulonnées (jetées à terre) par des manifestants. Les personnages représentés ont tous joué un rôle dans des périodes sombres de l’histoire de leur pays ou de leur ville.

À Bristol, en Angleterre, la statue d’Edward Colston a été jetée à l’eau. Ce marchand s’est enrichi grâce au commerce d’esclaves au XVIIIe (18e) siècle. Dans plusieurs villes américaines, des manifestants s’en sont pris aux statues de Christophe Colomb. Celui qui a découvert l’Amérique en 1492 est aussi considéré comme une figure du génocide (meurtre systématique) des Amérindiens.

Pourquoi s’en prendre à ces statues ?

Elles sont des symboles. Elles ont été érigées (construites) en souvenir de personnalités qui ont marqué l’Histoire.

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba

Illustrations : Merci à The Noun Project

Le profilage racial

1) Qu’est-ce qui se passe ? 

L’expression est revenue sur le devant de la scène avec la mort de George Floyd. Cet homme afro-américain a été tué par la police de Minneapolis, aux États-Unis, le 25 mai dernier. 

Le profilage racial désigne le comportement d’une autorité comme la police lorsqu’elle traite différemment les personnes selon leur couleur de peau, leur origine ethnique ou leur religion

Si un policier contrôle davantage de personnes d’une certaine communauté sans raison, il fait du profilage racial. Cette différence de traitement est liée au fait de croire qu’une personne pourrait avoir commis un délit seulement parce qu’elle est noire, autochtone, arabe, etc.

2) Est-ce une pratique fréquente ?

Le profilage racial est basé sur des stéréotypes sur des communautés. Il est très répandu dans le monde.

La suite de l’article est réservé à nos abonnés.

Texte : Léa Villalba

Illustrations : Merci à The Noun Project

États-Unis : la mort d’un Noir tué par la police déclenche la colère

La Maison-Blanche attaquée, des voitures incendiées, des vitrines cassées… Les manifestations en cours ces derniers jours aux États-Unis ont dégénéré (ont mal terminé). 

Des deux côtés de l’océan, les manifestants protestent depuis plusieurs jours contre la brutalité policière et le racisme dans 140 villes américaines. À l’étranger aussi. Plus de 10 000 personnes se sont réunies hier, à Montréal.

À l’origine de ces événements : la mort de l’Afro-Américain (Américain d’origine africaine) George Floyd, 46 ans. Il est mort lundi dernier après avoir été arrêté par quatre policiers de Minneapolis, dans le nord-est des États-Unis.

«I can’t breathe»

Plusieurs images ont circulé sur les réseaux sociaux. Elles montrent George Floyd obéir aux policiers, qui le mettent quand même à terre et le menottent. L’un d’eux appuie un genou sur son cou. On entend George Floyd dire « I can’t breathe », c’est-à-dire « je ne peux pas respirer ». Il est mort peu de temps après.

Les quatre policiers ont été renvoyés de leur emploi. Derek Chauvin, celui qui a mis son genou sur le cou de George Floyd, a été arrêté et accusé de meurtre.

Cet événement a déclenché la colère de nombreux Américains, car aujourd’hui encore, les crimes racistes et les brutalités policières contre les Afro-Américains sont nombreux aux États-Unis. 

De nombreuses personnalités sportives, notamment de la NBA comme LeBron James, Steve Kerr ou Stephen Jackson ont apporté leur soutien à la famille de George Floyd.


Texte : Léa Villalba
Photo : Phil Roeder– Flickr

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Promo - info de la semaine

Violences en Inde

Près de 50 personnes sont mortes dans des violences entre communautés religieuses à New Delhi, la capitale de l’Inde. Les victimes sont principalement des musulmans.

Des hindous (adeptes de la religion hindouiste) ont attaqué des quartiers dans lesquels vivent majoritairement des musulmans avec des pierres, des pistolets et même des sabres (épée).

L’Inde est un pays majoritairement hindou. Il est dirigé par un gouvernement nationaliste hindou (qui favorise les croyants de la religion hindoue et les Indiens d’origine). Le pays compte également 200 millions de musulmans. C’est presque un habitant sur 6. Le gouvernement attise (augmente) les tensions contre les musulmans pour attirer les votes de la population indienne.

Infographie de Margaux Rollando .

C’est une nouvelle loi qui a mis le feu aux poudres (a causé les violences). En décembre, le gouvernement a accepté de donner la nationalité indienne à des immigrants à la condition qu’ils ne soient pas musulmans. D’importantes manifestations contre cette mesure ont lieu depuis. Les manifestants reprochent à cette loi de discriminer (défavoriser) les musulmans.

Léa Walle

1
-10% sur les abonnements pour les écoles !Retrouvez les 5 avantages d'abonner vos élèves au Curieux
Je veux plus d'informations !