Accueil dans mon quartier : L’art pour donner confiance

Accueil dans mon quartier : L’art pour donner confiance

À découvrir avec….

… est une nouvelle rubrique proposée par Le Curieux avec différents organismes qui ont les mêmes valeurs que nous.
Des textes écrits en toute indépendance par nos journalistes mais en lien avec les activités et les thèmes favoris de nos partenaires. Pour vous informer toujours plus sur des sujets variés !
Ces contenus sont sponsorisés mais pas relus par nos partenaires.

Aujourd’hui, à découvrir avec

Ils ont une dizaine d’années et sont les artistes de l’exposition Accueil dans mon quartier, présentée à l’Écomusée du fier monde du 20 février au 1er mars. Ils ont manié la photo et divers matériaux pour donner leur vision de leur quartier, le Centre-Sud.

Treize élèves de 5e et 6e années de l’école primaire Jean-Baptiste-Meilleur sont partis à la découverte de leur quartier et de son histoire. Objets, personnages, bâtiments, ils ont pris des photos de ce qui caractérise le Centre-Sud. Ils leur ont ensuite apporté leur empreinte en utilisant divers matériaux.

Photo: Kiran Ambwani

Au début du projet, la plupart des élèves n’avaient jamais touché à un appareil photo. « La photographe Kiran Ambwani leur a appris la technique : comment cadrer, jouer avec les couleurs, les détails, mais aussi comment fonctionnent les lignes de force, la perspective, la symétrie, etc. », explique Camille Choinière, médiatrice culturelle à l’Écomusée.

Les jeunes ont rapidement été à l’aise avec l’utilisation des appareils. Ils se sont amusés à produire des dizaines de clichés selon leur intérêt. « Certains étaient intéressés par les bâtiments, d’autres par les fleurs, leur école ou encore par des détails architecturaux », poursuit Camille Choinière. À la fin, ils ont dû sélectionner six clichés.

Photo: Kiran Ambwani

 « Je suis très content de faire partie de ce projet. Il m’a permis d’apprendre comment un photographe se sent. Je ne vais jamais oublier cette activité. La photo que j’aime le plus est celle avec le reflet d’un arbre. Elle me rappelle la nature et les chutes d’eau » , raconte Moïse Maduma, 11 ans.

Confiance et persévérance scolaire

Ils en savent plus sur leur quartier. « J’ai appris qu’avant, Jean-Baptiste-Meilleur était une école pour garçons et qu’il y avait une école pour filles à côté. À l’école des filles, elles apprenaient à cuisiner et à s’occuper d’une maison. Les garçons apprenaient à faire des mathématiques et des métiers », rapporte Moïse Maduma, 11 ans.

Pour sa part, Luka Groulx-Michaud, 12 ans, a découvert que « beaucoup d’évènements importants comme la construction de l’usine de tabac (se sont passés dans le quartier). Autrefois, elle était appelée Macdonald Tobacco. Et c’est à l’âge de 11 ans que la petite Florina Lacoste a commencé à y travailler. » L’occasion aussi de prendre conscience des réalités sociales des siècles passés…

Une fois leurs photos préférées sélectionnées, les élèves ont remodelé leurs images avec plusieurs matériaux (marqueurs, peinture, dessin…). Ils étaient accompagnés par l’art-thérapeute Martine Ashby.  Aya al Shihadeh, 12 ans, vient de Syrie. Elle a aimé prendre une photo de (son) amie Arkia et la colorier à sa guise pour exprimer son amitié.

Photo: Kiran Ambwani

Le but était de faire exprimer aux jeunes leur sensibilité, de faire travailler leur imagination et de les positionner comme des artistes. « Ce que j’aime de mon œuvre, c’est que j’ai fait ça par passion et pour montrer aux gens de Montréal mon beau quartier », confie Luka.

Un projet parfait pour partager et créer un lien entre l’école et la vie de tous les jours dans le quartier. « On avait la volonté avec ce projet de développer la confiance en soi, la découverte identitaire et d’encourager la persévérance scolaire, indique Camille Choinière. Ce projet nous a permis de créer un sentiment d’attachement et d’appartenance très fort. »

À quelques jours du vernissage, les jeunes sont « nerveux mais fiers », selon la médiatrice culturelle : ce sont eux qui dévoileront leurs œuvres au public et guideront les visiteurs dans l’exposition.

Léa Villalba

Quand ?  


Du 20 février au 1er mars 2020

Activité d’art-thérapie : Les visiteurs de l’exposition pourront participer à une activité d’art-thérapie animée par Martine Ashby. Chacun pourra créer son endroit imaginaire à l’aide de collage, de peinture et de dessin.

Dimanche 1er mars de 14 h à 16 h
Réservation obligatoire (20 personnes maximum) au 514 528-8444 – info@ecomusee.qc.ca
Les enfants de moins de 12 ans doivent être accompagnés d’un adulte.

?


Écomusée du fier monde
Montréal

Combien?


Adulte : 12 $
Étudiant, aîné et enfant : 6 $
Famille (2 adultes, 3 enfants) : 18 $
Enfant de 6 ans et moins : gratuit

Activité d’art-thérapie : gratuite

Léa Villalba

    1 comment so far

    AffiliateLabzPosted on6:45 pm - Fév 17, 2020

    Great content! Super high-quality! Keep it up! 🙂

    Leave a Reply

    -10% sur les abonnements pour les écoles !Retrouvez les 5 avantages d'abonner vos élèves au Curieux
    Je veux plus d'informations !