Pâques en confinement

Pâques en confinement

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Pas de fête de Pâques

Plusieurs pays fêtent Pâques en fin de semaine. À cause de la pandémie mondiale, cette fête religieuse et familiale aura une saveur particulière. Comme l’a rappelé le premier ministre Justin Trudeau ce matin, il ne sera pas possible cette année de se réunir en famille ou entre ami(e)s. Le confinement continue à être appliqué pour freiner la propagation (diffusion) du virus. Mais on peut quand même manger du chocolat !

Bientôt le retour à l’école ?

Les enfants pourraient retourner à l’école plus vite que prévu. Les garderies et les écoles pourraient rouvrir avant la date prévue du 4 mai, selon François Legault, le premier ministre du Québec. Mais rien n’est encore confirmé pour le moment. C’est seulement une hypothèse. Cette mesure est envisagée parce que la COVID-19 touche beaucoup moins gravement les enfants et les jeunes. Mais les précautions, notamment vis-à-vis des personnes âgées, resteraient en vigueur (à respecter).

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte plus de 22 000 personnes infectées par le coronavirus, dont 11 677 au Québec. Jusqu’à maintenant, 580 malades sont morts dans le pays, dont 241 au Québec. Dans le monde, plus de 1,6 million de personnes ont été atteintes et plus de 100 000 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

Suivre la trace du coronavirus grâce au téléphone

Singapour a lancé il y a trois semaines une application pour suivre la transmission de la COVID-19. Si quelqu’un tombe malade, il est possible de retracer les personnes avec lesquelles il a été en contact grâce à son téléphone portable. Le but : qu’elles sachent qu’elles ont pu être contaminées. Ainsi, elles pourront subir le test pour savoir si elles ont le virus et se mettre en isolement total

Tandis que l’Allemagne et la France étudient la possibilité de mettre en place un système similaire (pareil), la Russie, la Corée du Sud et Israël le font déjà. Mais tout le monde n’est pas d’accord avec cette idée. En suivant la trace des individus, l’application peut collecter (réunir) des informations confidentielles (personnelles) sur leur vie privée.

La chloroquine pourrait-elle combattre la COVID-19 ?

Les scientifiques cherchent un remède contre la COVID-19. La chloroquine et l’hydroxychloroquine font beaucoup parler d’eux. La chloroquine est un médicament prescrit depuis plusieurs années contre le paludisme, une maladie transmise par les moustiques dans certaines régions du monde.

L’hydroxychloroquine est un dérivé (qui a la même base) de la chloroquine. Tous les deux sont des médicaments disponibles, pas très chers et connus par la médecine. Plusieurs chercheurs pensent qu’ils pourraient être efficaces pour lutter contre la COVID-19. Le professeur Didier Raoult, en France, et des scientifiques chinois ont publié des études qui montreraient l’efficacité de l’hydroxychloroquine

Mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et de nombreux scientifiques dans le monde ne sont pas d’accord. Ils pensent que le nombre de patients utilisés pour les recherches n’est pas suffisant. D’autres études ont même montré que l’hydroxychloroquine était inefficace contre la COVID-19. 

L’OMS veut quand même faire un test. Mais elle reste prudente, car ces traitements peuvent provoquer plusieurs effets indésirables : problèmes aux reins, de peau ou au coeur. Trop en prendre peut aussi être mortel.


Un jour, un chiffre

100

Hier, c’était le 100e jour depuis l’apparition du coronavirus. Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été informée des premiers cas de COVID-19 en Chine. Ensuite, le virus s’est propagé rapidement partout sur la planète. La pandémie a été déclarée il y a presque un mois, le 11 mars dernier.

Depuis, plus de la moitié de la population mondiale est en confinement, les hôpitaux sont surchargés par les cas de personnes gravement atteintes par le virus. Les conséquences économiques sont aussi importantes : beaucoup d’entreprises ont dû fermer et de nombreux travailleurs ont perdu leur emploi.

La question du jour

Pourquoi faut-il se tenir à distance des autres personnes ?

Comme la grippe saisonnière, la COVID-19 se transmet entre les humains. Une personne qui est infectée par le virus peut en contaminer une autre. Il suffit d’être en contact avec les gouttelettes quand elle tousse ou se mouche. 

C’est pour cela que plusieurs pays recommandent la distanciation sociale. Cela signifie de garder une distance de deux mètres avec les autres personnes (sauf celles avec lesquelles on vit tous les jours chez nous). Cette mesure permet d’éviter que les personnes soient trop proches et limite la propagation (diffusion) du virus.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! ICI

Textes : Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Léa Villalba

Laisser un commentaire