Tag Archive crise

Pas de retour à l’école au primaire dans le Grand Montréal

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Pas d’école avant septembre à Montréal

La réouverture des écoles primaires n’aura pas lieu avant la fin de l’année scolaire dans le Grand Montréal. Elle était prévue pour le 25 mai, mais c’est reporté en septembre

Le gouvernement estime que le virus est encore trop présent dans cette région pour permettre la réouverture. 

Les services de garde devraient recommencer à accueillir des enfants à partir du 1er juin. L’ouverture des commerces reste pour l’instant prévue le 25 mai. Mais tout dépendra de l’évolution de l’épidémie. 

Un sondage publié aujourd’hui montrait que moins d’un enfant sur deux serait retourné à l’école dans la région de Montréal si elle rouvrait à la fin du mois de mai.

Les sports individuels de nouveau autorisés

Dès le 20 mai, il sera possible de recommencer les sports individuels ou à deux partout dans la province. Les Québécois pourront aussi retourner dans les parcs naturels.

Le gouvernement a dévoilé une liste* d’activités qui pourront reprendre la semaine prochaine. Les sports collectifs comme le soccer et le baseball n’en font pas partie. Les piscines extérieures pourraient rouvrir d’ici cet été, mais rien n’est encore sûr. 

Les parcs provinciaux vont aussi rouvrir à partir du 20 mai. Certains sentiers de randonnée et d’autres activités seront possibles en journée, mais le camping n’est pas encore autorisé. Les parcs fédéraux devraient aussi ouvrir leurs portes aux visiteurs prochainement.

Attention : ces activités ne doivent pas être une raison pour se déplacer entre les régions. Il faut aussi continuer d’appliquer la distanciation sociale, soit deux mètres entre les individus. 

Voici la liste des sports autorisés à partir du 20 mai.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 73 331 personnes infectées par le coronavirus, dont 40 724 au Québec. Jusqu’à maintenant, 5554 malades sont morts dans le pays, dont 3351 au Québec. Dans le monde, plus de 4,3 millions de personnes ont été atteintes et près de 299 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Le syndrome de Kawasaki inquiète

Europe, États-Unis, Canada… Une légère augmentation des cas de la maladie de Kawasaki a été signalée ces dernières semaines dans le monde. 

Il pourrait y avoir un lien avec la COVID-19 : le virus déclencherait la maladie. Mais rien n’est sûr. Les enfants atteints par le syndrome de Kawasaki n’ont pas tous été testés positifs à la COVID-19. Il est donc trop tôt pour établir un lien de manière sûre entre les deux maladies. 

Le syndrome de Kawasaki est une maladie qui crée une inflammation des vaisseaux sanguins. Il cause des maladies cardiaques chez les enfants de moins de 5 ans

L’augmentation actuelle des cas touche particulièrement les enfants de plus de 5 ans et même des adolescents. Elle pourrait donc être due plutôt à un nouveau syndrome que celui de Kawasaki. Les recherches se poursuivent. 

Comment ça se passe ailleurs ?

Les États-Unis accusent la Chine d’espionnage

Le ton continue de monter entre la Chine et les États-Unis. Le président américain Donald Trump accuse la Chine d’espionner les chercheurs américains qui travaillent sur un vaccin contre la COVID-19

La police fédérale américaine (FBI) a accusé des étudiants, des chercheurs et des pirates informatiques d’avoir volé des informations. La Chine dit qu’il s’agit d’une diffamation (des mensonges dits pour leur nuire).

« Nous pourrions rompre toute relation » : Donald Trump a menacé d’arrêter les relations avec la Chine et ne veut plus parler à son président, Xi Jinping.

Depuis plusieurs semaines, le président américain accuse la Chine d’avoir caché des informations sur l’importance et l’origine de l’épidémie de la COVID-19. Le gouvernement chinois dément (affirme que ce n’est pas vrai) et dit avoir agi au plus vite.


Un jour, un chiffre

89%

C’est le pourcentage de Québécois d’accord avec la recommandation de porter le masque, d’après un sondage SOM-Cogeco*. 

Une majorité de la population est favorable à ce que le gouvernement le rende obligatoire dans les transports en commun. Deux personnes sur trois sont d’accord pour que le port du masque soit aussi obligatoire dans les écoles. 

Dans les commerces, par contre, tout le monde n’a pas le même avis. À Montréal, 80 % des habitants sont favorables à le porter dans les commerces contre 65 % des habitants des régions.

Depuis mardi, le premier ministre du Québec, François Legault, recommande vivement de porter un masque dès que l’on sort de chez soi, particulièrement dans les endroits fréquentés. C’est une mesure pour limiter la propagation du virus. 

*mené en ligne les 11 et 12 mai auprès de 1100 adultes québécois francophones.

La question du jour

Est-ce que le nouveau coronavirus va disparaître un jour ?

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu qu’il pourrait « ne jamais disparaître ». Les experts ne savent pas quand ce nouveau virus pourra être maîtrisé voire anéanti. En attendant des médicaments et un vaccin, il va falloir vivre avec, comme d’autres virus. 

Pour éviter au maximum sa propagation, il faut s’assurer de continuer à appliquer la distanciation sociale et les gestes barrières. Des tests doivent aussi être effectués à grande échelle. Toutes ces mesures vont sûrement s’étendre sur plusieurs mois, voire même des années. 

On estime qu’il faudrait un an à un an et demi pour avoir un vaccin fiable. En ce moment, plus de 100 projets sont en cours dans le monde.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Augmentation du décrochage scolaire à craindre

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Un nouveau test au Canada

Un premier test sérologique a été approuvé par Santé Canada. Il se fait grâce à une prise de sang. Il sert à voir si des anticorps (des molécules qui combattent les maladies) sont présents dans l’organisme.

La personne qui se fait tester peut donc savoir si elle a déjà eu la COVID-19. Le résultat est fiable même si elle n’est plus malade et si elle n’a pas ressenti de symptômes. 

Jusqu’à maintenant, seuls des tests virologiques étaient utilisés au Canada. Ils servent à détecter la présence du virus dans l’organisme au moment du prélèvement, grâce à un échantillon (un extrait) pris dans les narines et la gorge. 

Avec les tests sérologiques, le pays aura une meilleure idée du nombre de personnes qui ont été contaminées par le coronavirus et de leur immunité.

Des cours à distance à l’automne ?

 Des milliers d’étudiants de Montréal pourraient ne pas retourner en classe cet automne. Ils feraient plutôt leurs cours à distance. La décision est déjà prise par plusieurs cégeps et universités comme celles de Montréal et McGill. 

Les élèves du secondaire pourraient être concernés aussi. Aucune décision n’a été prise, mais le ministre de l’Éducation a évoqué cette éventualité (hypothèse) aujourd’hui.

La propagation de la COVID-19 à Montréal est encore importante et l’épidémie va durer. Les cours à distance permettraient de respecter les règles de prévention de la COVID-19, notamment la distanciation sociale.

Mais les élèves des programmes techniques, comme en soins infirmiers ou en génie mécanique, seront obligés de se déplacer, certains cours pratiques ne pouvant pas être effectués en ligne. Pour l’instant, il n’y a pas de date de rentrée de prévue pour les cégeps et universités de la province.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 72 196 personnes infectées par le coronavirus, dont 39 931 au Québec. Jusqu’à maintenant, 5389 malades sont morts dans le pays, dont 3220 au Québec. Dans le monde, plus de 4,3 millions de personnes ont été atteintes et près de 295 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Risque de décrochage scolaire important

Un élève au secondaire ou à l’université sur trois pourrait arrêter ses études au Canada* à la suite de la crise de la COVID-19. Une augmentation du décrochage scolaire inquiète les spécialistes.

Partout dans le monde, les élèves et les étudiants ne sont pas allés en classe depuis plusieurs semaines. Les écoles primaires sont rouvertes à certains endroits, mais le retour en classe n’est pas obligatoire. C’est le cas au Québec et en France par exemple.

Or, suivre des enseignements à distance n’est pas facile. Selon un autre sondage**, 60% des enfants de 10 à 17 ans se sentent démotivés et 57% n’apprécient pas les cours en ligne. Certains jeunes arrêtent de suivre les cours à distance. 

Parmi les jeunes de plus de 16 ans, plusieurs envisagent même d’arrêter complètement leurs études. Certains n’auront pas d’emplois cet été à cause de la COVID-19. Ils n’auront donc pas assez d’argent pour payer leurs études.

*Selon un sondage effectué auprès de 1100 élèves de niveau secondaire et étudiants de niveau postsecondaire au Canada, du 23 avril au 1er mai.

** de l’Institut Angus Reid

Comment ça se passe ailleurs ?

Genève dévoile ses inégalités

Des milliers de personnes faisaient la queue pour avoir un peu de nourriture, le week-end dernier à Genève, en Suisse. Une situation qui tranche avec l’image de luxe de la ville. Genève est une des villes les plus riches et les plus chères au monde

Environ 660 000 personnes vivent dans la pauvreté en Suisse. Cette partie de la population est d’habitude peu visible. Avec la COVID-19, elle apparaît au grand jour. 

Le pays a mis en place des mesures sanitaires à partir de la mi-mars. Le ralentissement de l’économie a eu des conséquences difficiles pour certains habitants. C’est notamment le cas des travailleurs sans papiers (illégaux) et des plus vulnérables (handicapés, sans emploi, etc.). Beaucoup ont perdu leur emploi et n’ont pas pu recevoir d’aides financières.


Un jour, un chiffre

104

C’est le nombre de bateaux de croisière obligés de rester au large (en mer) des côtes américaines

De nombreux bateaux de croisière étaient en mer quand la crise de la COVID-19 a éclaté. Les vacanciers et les équipages ont été obligés de rester confinés dans les bateaux au beau milieu de l’océan. Ils n’ont pas le droit d’accoster (débarquer sur la terre) ni de retourner chez eux. En ce moment, 72 000 membres d’équipage sont ainsi coincés sur des bateaux de croisière en mer.

L’enfermement et l’éloignement pendant autant de semaines ont un impact sur leur santé mentale. Plusieurs membres d’équipage se sont même suicidés (mettre volontairement fin à sa vie). Quatorze membres d’équipage du bateau Navigator of the Seas font une grève de la faim. Ils demandent le droit de rentrer chez eux.

La question du jour

Le virus peut-il se transmettre par l’air ?

Pour l’instant, aucune étude ne le prouve. Cela semble même peu probable qu’il se propage facilement par l’air.

Le coronavirus se transmet entre personnes par les gouttelettes expulsées (qui sortent) du corps en parlant, en toussant ou en éternuant. Les plus grosses retombent sur le sol. Le virus se dépose donc sur des objets et des surfaces. Il y reste de plusieurs heures à plusieurs jours. Une personne qui les touche peut être contaminée. 

Les plus petites gouttelettes restent effectivement dans l’air, mais pas à une grande distance. De plus, les conditions de survie du virus n’y sont pas réunies. Il disparaît donc rapidement.Pour être prudent, il faut tout de même que les lieux publics soient bien aérés et désinfectés ; les rassemblements de personnes réduits.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Tous avec un masque ?

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Le masque « fortement » recommandé

Porter un masque pourrait devenir la norme (une habitude). Le premier ministre du Québec, François Legault, a annoncé aujourd’hui que le port du masque était « fortement » conseillé lors des sorties dans des endroits fréquentés. Pour se protéger soi-même et les autres.

Le masque n’est pas obligatoire, mais le porter pourrait réduire la propagation du virus. Il évite que les gouttelettes soient projetées sur une personne lorsqu’on parle ou qu’on tousse. 

Il n’est pas nécessaire pour les enfants de moins de 2 ans. Pour les plus grands, il faut s’assurer que le jeune le porte bien, ne le touche pas avec ses mains et ne ressente pas de gêne pour respirer par exemple. 

Il faut toutefois continuer à respecter la distanciation sociale et le lavage régulier des mains.

Une aide pour les aînés

Deux bonnes nouvelles pour les personnes âgées en ce début de semaine.

D’abord, certaines pourront recevoir jusqu’à 500$ de la part du gouvernement fédéral. Au total, 6,7 millions de personnes en bénéficieront. Ce sont les plus démunies (pauvres). Cette aide financière les aidera à payer l’épicerie ou à prendre des taxis pour éviter les transports en commun, par exemple. 

La Fédération de l’âge d’or du Québec (FADOQ) trouve cette aide insuffisante. Elle défend les intérêts des aînés dans la province. Elle réclamait une hausse de toutes les aides que touchent les personnes âgées. Mais si la crise se prolonge, le gouvernement fédéral est prêt à leur apporter plus d’aide

L’autre bonne nouvelle : les aînés qui vivent dans des Centres d’hébergement de soins longue durée (CHSLD) et en résidences ont pu revoir leur famille à partir d’hier.    

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 71 099 personnes infectées par le coronavirus, dont 39 225 au Québec. Jusqu’à maintenant, 5240 malades sont morts dans le pays, dont 3131 au Québec. Dans le monde, plus de 4,2 millions de personnes ont été atteintes et plus de 288 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Augmentation des problèmes de santé mentale

La crise sanitaire a un effet négatif sur la santé mentale. Un peu plus d’un Canadien sur deux éprouve des difficultés (anxiété, dépression, etc.), selon un sondage*. 

Plus de la moitié (56%) expliquent leur malaise par le confinement. Ils vivent mal le fait d’être obligés de rester à l’intérieur une grande partie du temps et de ne pas pouvoir voir leurs amis et leur famille. C’est surtout le cas des personnes qui vivent seules. 

Certains ont aussi expliqué leur malaise par la peur de contracter le virus, les préoccupations pour leurs proches et les soucis financiers

La situation est accentuée par le fait que deux personnes sur trois ayant des problèmes de santé mentale n’ont pas accès à des aides. Certaines manquent d’argent pour consulter un psychologue par exemple. D’autres ne connaissent pas les ressources ou sont gênées de demander de l’aide.  

*Sondage effectué par Ipsos auprès de 1000 adultes.

Comment ça se passe ailleurs ?

Inde : les droits des travailleurs mis à mal par la COVID-19

Cinq États indiens ont suspendu des droits importants des travailleurs. Ils veulent que l’activité économique reparte rapidement.

Ils ont décidé d’augmenter le nombre d’heures de travail par semaine. Les employés pourront désormais travailler jusqu’à 72 heures par semaine au lieu de 48h (entre 35 et 40h au Québec). Une journée de travail pourra durer jusqu’à 12 heures au lieu de 9 (7 ou 8 heures au Québec généralement).

Dans l’État de Madhya Pradesh, les nouvelles usines ne seront pas obligées de permettre l’accès de leurs employés aux toilettes ou de leur assurer des congés payés. 

Ces mesures devraient durer trois ans. Les syndicats, qui défendent les intérêts des travailleurs, s’y opposent. Ils pensent que cette décision pourrait provoquer des conflits avec les entreprises et plus de pauvreté.


Un jour, un chiffre

17%

C’est le taux de chômage au Québec à la fin du mois d’avril. Le taux de chômage, c’est le nombre de personnes en recherche d’un emploi par rapport à l’ensemble des Québécois en âge et capables de travailler. 

L’augmentation est très importante : en février, le taux de chômage du Québec était de 4,5 %. C’était le plus bas depuis 1976.

Mais à cause de la COVID-29, de nombreux organismes et entreprises ont dû fermer. Plus de 367 000 personnes ont perdu leur emploi. Plus de 7 millions de Canadiens ont dû demander l’aide financière du gouvernement, la Prestation canadienne d’urgence

Ce taux de chômage est un record pour la province. Elle n’a pas enregistré un taux aussi élevé depuis 1982. Il s’élevait alors à 15,8%. 

Relisez notre fiche gratuite qui explique le chômage.

La question du jour

Qu’est-ce que veut dire « deuxième vague du virus » ?

À l’heure où de nombreux pays commencent à déconfiner leurs populations, les spécialistes s’attendent au retour de l’épidémie, à une « deuxième vague ».

La situation est stabilisée dans plusieurs pays : le nombre de cas, de personnes hospitalisées et de décès liés à la COVID-19 stagne (reste pareil) ou diminue doucement. C’est pour cela que le confinement a été assoupli (réduit) à plusieurs endroits. 

Mais comme les habitants vont sortir de chez eux, le virus pourrait  se propager de nouveau. Alors, le nombre de cas, d’hospitalisations et de décès pourrait augmenter. Si la hausse est importante, les gouvernements pourraient de nouveau imposer le confinement, fermer les écoles et les commerces.

Certains pays d’Asie sont d’ailleurs en train de vivre cette deuxième vague. Ils ont été touchés plus tôt que le Canada. Ils ont rouvert les écoles et les commerces depuis quelques semaines déjà et ont constaté que de nouveaux cas apparaissent.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

La rentrée en temps de pandémie

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Montréal inquiète

Montréal compte la moitié des cas de COVID-19 de tout le Québec et 63% des décès. La situation pourrait empirer en cas de déconfinement immédiat.

Les premiers ministres du Québec et du Canada ont déclaré que la métropole représentait une source d’inquiétude. Les régions ont aussi exprimé leur peur. 

Plusieurs ont rouvert aujourd’hui après avoir été fermées à toute personne extérieure pendant quelques semaines. Les habitants craignent le retour des Montréalais, qui pourraient apporter le virus dans des endroits actuellement épargnés. 

Selon un sondage, 8 personnes sur 10 qui vivent hors de la métropole souhaitent que Montréal soit isolée, c’est-à-dire que ses résidents ne puissent pas sortir de la ville.Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, une pétition a été signée par plus de 15 000 personnes. Elle réclame que les contrôles routiers soient maintenus.

Une rentrée inhabituelle

C’est la rentrée… en plein mois de mai ! Les garderies et les écoles primaires ont rouvert leurs portes ce matin au Québec, sauf dans le Grand Montréal. Le Québec est la première province canadienne à rouvrir les écoles.

Ce matin, pas de câlins, pas de bises. Après deux mois de confinement et pour faire face à la crise du coronavirus, les élèves ont dû rester éloignés les uns des autres. Les classes ont été réaménagées pour garantir la distanciation sociale et les groupes ne dépassent pas 15 élèves. Les élèves restent au même endroit pour les cours et le dîner. Les récréations se font une classe à la fois. 

Seuls les établissements scolaires du Grand Montréal sont encore fermés. Ils doivent rouvrir le 25 mai, sauf si la situation ne se stabilise pas. Selon le premier ministre du Québec François Legault, les écoles du Grand Montréal pourraient recommencer seulement en septembre.     

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 69 907 personnes infectées par le coronavirus, dont 38 469 au Québec. Jusqu’à maintenant, 5080 malades sont morts dans le pays, dont 3013 au Québec. Dans le monde, plus de 4,1 millions de personnes ont été atteintes et plus de 284 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Beaucoup de pays en récession

Canada, France, Union européenne, États-Unis… Beaucoup de pays sont officiellement en récession ou risquent fortement de le devenir. Ce n’est pas une bonne nouvelle.

Un pays est en récession lorsque son activité économique ralentit (diminue). C’est le Produit intérieur brut (PIB) qui permet de connaître le niveau de richesse d’un pays. Il mesure la valeur de sa production de biens (construction de maisons, de voitures…) et de services (cours privés, coupe de cheveux…) pendant une année. C’est par la vente de ces biens et de ces services qu’un pays s’enrichit.

Avec la crise du coronavirus, beaucoup d’entreprises ont dû fermer. Les pays ont fabriqué moins de produits et rendu moins de services. Ils se sont donc appauvris.Lorsque le PIB diminue pendant au moins six mois d’affilée, on parle de récession. Si cette période devient plus longue, on parle de dépression. Le PIB du Canada a, par exemple, reculé de 9 % en mars à cause de la crise. La dernière récession mondiale a eu lieu en 2008-2009.

Comment ça se passe ailleurs ?

Retour du virus en Asie

La Corée du Sud a assoupli les mesures de distanciation sociale mercredi. Les lieux publics, les musées ou encore les galeries d’art ont repris leurs activités. Mais aujourd’hui, le pays a enregistré le plus grand nombre de cas de coronavirus depuis un mois.

Wuhan, première ville chinoise frappée par le virus, avait mis fin à la quarantaine début avril. Depuis un mois, aucun nouveau cas n’avait été enregistré. Aujourd’hui, la Chine compte 17 nouveaux cas, dont 5 dans les dernières 24 heures. 

Le Japon sont restés confinés pendant trois semaines à partir de la fin du mois de février. Les élèves sont retournés à l’école dès le début du mois d’avril. Le pays a constaté une récente hausse du nombre de cas, notamment sur l’île d’Hokkaido. Elle fait alors marche arrière et confine à nouveau ses habitants

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a peur qu’une deuxième vague de la pandémie touche le monde entier.


Un jour, un chiffre

60%

C’est le pourcentage de femmes touchées par la COVID-19 au Québec. Elles sont donc plus touchées que les hommes, selon des données de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

Les experts ne savent pas encore pourquoi. Mais 90% des emplois infirmiers sont occupés par des femmes. Cela pourrait expliquer ce chiffre puisque la contamination est plus importante dans les milieux hospitaliers, les résidences pour aînés, etc.

Dans le reste du Canada et ailleurs dans le monde, les hommes sont plus touchés que les femmes. On estime que deux patients hospitalisés sur trois sont des hommes. Rien n’explique pour l’instant cette tendance.

La question du jour

Comment un virus apparaît-il ?

Les virus s’installent dans les cellules du corps. C’est là qu’ils se multiplient. Parfois, ces multiplications ne sont pas parfaites et les « copies » de virus ne sont pas identiques. On dit alors que le virus mute. C’est ainsi que se créent de nouveaux types et de nouvelles espèces de virus

Si deux virus différents infectent la même cellule, ils peuvent aussi se mélanger et former une nouvelle cellule virale. Soit elle ne survit pas à son nouvel environnement, soit elle se multiplie. 

Plusieurs scientifiques pensent que les virus sont apparus sur Terre en même temps que la vie, c’est-à-dire il y a 3 ou 4 milliards d’années. On voit souvent les virus comme des porteurs de maladies. Or, ils sont aussi utiles : c’est grâce au virus que les mammifères existent. L’organe dans lequel se développe un bébé, le placenta, a été créé grâce à un virus. Donc s’il n’y avait pas eu de virus, pas de bébé et donc pas de mammifères. 

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

La vie reprend doucement dans le monde

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Pas encore assez de tests au Québec

Il devait y avoir 14 000 tests pratiqués par jour dès aujourd’hui. Il n’y en a finalement que 10 000. C’est tout de même une hausse, puisque ce n’était que 6000 par jour il y a une semaine.

La cible n’est pas atteinte, car la population ne va pas se faire tester, selon Dr Harruda, le directeur de la santé publique. Il a rappelé que les personnes qui avaient des symptômes de la COVID-19 devaient aller passer le test. Les symptômes sont principalement la toux, la fièvre et des difficultés respiratoires.

Mais la conseillère scientifique en chef du Canada, Mona Nemer, a reproché au Québec de ne pas avoir un plan de dépistage clair et transparent. Les laboratoires, quant à eux, ont confirmé pouvoir analyser jusqu’à 16 000 tests chaque jour.

Des faux remèdes au Canada

De faux traitements contre la COVID-19 circulent au Canada. Soi-disant, certains peuvent éviter d’être contaminé par le virus, d’autres le soigneraient. Aucun n’a obtenu l’autorisation de mise sur le marché de Santé Canada. Aucun traitement n’a d’ailleurs été approuvé pour guérir la COVID-19.

Il s’agit de produits fabriqués à base d’herbes, de légumes, de vitamines… D’autres prétendent vendre des purificateurs d’air qui pourraient tuer le virus. Elles ne s’appuient aucunement sur des preuves scientifiques.  

Les entreprises qui commercialisent ces produits ont été averties par les autorités. Si elles continuent à vendre ces produits comme traitements contre le virus, elles pourraient devoir payer jusqu’à 10 millions de dollars d’amende.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 66 312 personnes infectées par le coronavirus, dont 36 150 au Québec. Jusqu’à maintenant, 4653 malades sont morts dans le pays, dont 2725 au Québec. Dans le monde, plus de 3,9 millions de personnes ont été atteintes et plus de 272 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Des pratiques autoritaires dans certains pays

Tous les pays n’abordent pas l’épidémie de la même façon. Les pays démocratiques veillent à imposer des règles de prévention contre la COVID-19 respectueuses de la liberté des populations.

Les parlements continuent de jouer leur rôle malgré les circonstances exceptionnelles : les députés surveillent l’action du gouvernement. C’est d’ailleurs ce qui a poussé le Parti conservateur du Canada à demander la reprise des rencontres de la Chambre des communes. Il considérait pouvoir mieux jouer son rôle de contre-pouvoir, de chien de garde (surveillant) de la démocratie.

Les pays traditionnellement plus autoritaires ont parfois profité de la situation pour accentuer leur emprise (influence). Par exemple, la Hongrie a prolongé l’état d’urgence à cause de la COVID-19. Cet état donne plus de pouvoir au gouvernement au point que le premier ministre a été soupçonné de vouloir faire un coup d’État (voler le pouvoir). 

L’état d’urgence prévoit notamment des peines d’emprisonnement pour les journalistes si leurs informations sont considérées comme des fausses nouvelles par le gouvernement…

Comment ça se passe ailleurs ?

Accélération du déconfinement dans le monde

Plusieurs pays accélèrent le déconfinement. Au Danemark, les écoles, les services de garde et une partie des entreprises ont rouvert en avril. Les rassemblements seront de nouveau autorisés jusqu’à 30 ou 50 personnes à partir du 8 juin. Les musées, les théâtres, les cinémas, les parcs d’attractions en extérieur et les zoos vont aussi reprendre du service. 

L’Australie prévoit quant à elle un plan de déconfinement en trois étapes qui s’étend jusqu’en juillet. Les personnes pourront se retrouver dans des cafés, restaurants et événements. Leur nombre autorisé augmentera graduellement (peu à peu). Les cinémas et les commerces rouvriront à la deuxième étape. La dernière prévoit le retour de rassemblements jusqu’à 100 personnes.

Dans ces pays, les frontières restent cependant fermées et certaines mesures sanitaires doivent continuer à être appliquées.


Un jour, un chiffre

Un sur cinq

C’est le nombre d’enfants américains qui ne mangent pas à leur faim durant la pandémie. Selon l’analyse de la Brookings Institution, 17,4 % des mères d’enfants de 12 ans et moins manquent d’argent pour pouvoir les nourrir. 

Certains parents doivent réduire les portions dans les assiettes. Les enfants ne peuvent parfois même pas manger trois fois par jour. Les enfants de familles pauvres avaient l’habitude de faire de bons repas à l’école. Leur fermeture a rendu la situation difficile.

De plus, la crise de la COVID-19 a fait perdre son travail à plus de 30 millions d’Américains. Ces familles n’ont plus suffisamment de revenus parfois pour se nourrir correctement.

La question du jour

Des cérémonies sont-elles organisées pour les personnes qui meurent en ce moment ?

Avec la distanciation sociale obligatoire, les rassemblements aux funérailles ont été suspendus. Une cérémonie peut avoir lieu, mais seuls les membres de la famille proche qui habitent ensemble peuvent y assister. 

Certaines cérémonies sont diffusées sur Internet pour permettre au reste de la famille et aux amis d’y assister virtuellement de leur domicile. Beaucoup de familles ont préféré reporter la cérémonie quand les rassemblements seront de nouveau autorisés.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Grand Montréal : report du retour à l’école

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Le Grand Montréal reste confiné

L’ouverture des commerces, des garderies et des écoles a été reportée au 25 mai. La situation reste difficile : sur les 121 nouveaux décès annoncés aujourd’hui, 119 proviennent du Grand Montréal. Les hôpitaux manquent de personnel soignant. Il faudrait 11 600 employés en plus pour mieux contrôler la situation. 

La réouverture des commerces, des écoles et des garderies devait initialement se tenir le 19 mai. La date du 25 mai sera maintenue seulement si la situation s’améliore.

Certains prisonniers libérés

Près de 400 prisonniers vont être libérés plus tôt que prévu. Cette mesure a été prise pour éviter la propagation du coronavirus dans les prisons québécoises. Elle vise à protéger les détenus et les agents de prison. 

Les personnes qui pourront quitter la prison devront avoir plus de 65 ans. Celles à qui il reste moins de 30 jours en prison seront aussi remises en liberté ainsi que certaines femmes enceintes sur recommandation médicale. 

Au début du mois d’avril, environ 2000 prisonniers ont été libérés en Ontario. Au moins 34 détenus ont contracté la COVID-19 à la prison de Bordeaux, à Montréal. Un premier prisonnier est mort dimanche au Centre fédéral de formation de Laval.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 64 816 personnes infectées par le coronavirus, dont 35 238 au Québec. Jusqu’à maintenant, 4484 malades sont morts dans le pays, dont 2631 au Québec. Dans le monde, plus de 3,8 millions de personnes ont été atteintes et plus de 267 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Attention à la désinformation

La technologie 5G (internet à haute vitesse) propage le coronavirus. La COVID-19 a été introduite volontairement dans la population par des gouvernements. Les compagnies pharmaceutiques ont créé ce nouveau virus pour gagner de l’argent. 

Voilà autant de fausses nouvelles qui circulent depuis le début de la pandémie. Le nombre de personnes qui y croient est en hausse.

À la fin du mois d’avril, une étude a montré qu’un Canadien sur 10 croit aux théories du complot. C’est penser que de nombreux événements sont dus à la volonté de groupes influents de nuire pour leur intérêt. Les individus qui croient à ces théories pensent que certaines choses sont cachées à la population. 

La pandémie crée une incertitude et du stress. Beaucoup cherchent à trouver un sens et un coupable à la crise. Quitte à créer des liens entre des éléments qui n’en ont pas, comme la COVID-19 et la 5G.

Comment ça se passe ailleurs ?

Pourquoi l’Afrique est-elle moins touchée ?

Le continent africain semble être, pour l’instant, relativement épargné par le coronavirus. Il abrite 1,2 milliard d’habitants. Mais il compte « seulement » 2024 décès et environ 52 000 cas de COVID-19.

C’est beaucoup moins comparé à l’Europe, par exemple. Sur ses 741 millions d’habitants, plus d’un million ont été contaminés et 137 761 sont morts.

Plusieurs explications sont possibles. En voici quelques-unes. Les chiffres ne sont peut-être pas totalement fiables, car peu de tests sont pratiqués dans certaines régions, notamment dans les territoires en guerre.

Le virus est moins dévastateur parce que la population africaine est jeune : les personnes de plus de 60 ans ne représentent que 5 %. Or, la COVID-19 est particulièrement meurtrière chez les personnes âgées. 

De plus, de nombreuses régions d’Afrique sont peu peuplées. Le virus se propage donc moins facilement.Le fait que les États africains aient pris des mesures rapidement a également permis de limiter la propagation du virus.


Un jour, un chiffre

200

C’est le nombre d’artistes, d’écrivains et de scientifiques qui ont créé le collectif « Non à un retour à la normale ».

Parmi eux, se trouvent notamment le réalisateur de films espagnol Pedro Almodovar, la chanteuse Madonna, le photographe Yann Arthus-Bertrand, les acteurs Guillaume Canet, Penélope Cruz, Eva Green, Robert de Niro…

Ils ont répondu à l’appel de l’actrice Juliette Binoche et de l’astrophysicien Aurélien BarrauIls veulent profiter de la fin de la crise pour changer la société en profondeur.

Ils appellent à une société plus protectrice de l’environnement et des humains en diminuant les inégalités entre les personnes et les pays.

La question du jour

Qu’est-ce qu’un vaccin ?

La vaccination, c’est le fait d’introduire une forme atténuée (peu active) d’une bactérie ou d’un virus dans l’organisme. La présence de cet ennemi fait réagir le corps, mais pas aussi fort que si le virus était actif. Il produit alors des anticorps pour se défendre.

Si le virus tente de recontaminer l’individu, son organisme le reconnaîtra et les anticorps sauront le combattre. 

Pour fabriquer un vaccin, plusieurs étapes sont nécessaires. Une fois mis au point, il faut le tester sur des animaux et des humains. Il faut aussi obtenir une autorisation du gouvernement avant de pouvoir l’injecter à la population en toute sécurité.

Envie d’en savoir plus sur les vaccins ? Rendez-vous le 18 mai pour la sortie de notre dossier sur les vaccins.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Une chanson pour rire du coronavirus

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Pas de place pour tout le monde dans les garderies

Des dizaines de milliers d’enfants ne pourront pas retrouver leur place dans leur milieu de garde lundi prochain, selon le gouvernement.

Les services de garde accueilleront seulement 30% du nombre d’enfants habituels pour pouvoir respecter la distanciation sociale. De plus, environ 6000 intervenantes en petite enfance ne reprendront pas leur travail à cause de leur âge ou de leur état de santé.

D’autres garderies ont dû mettre la clé sous la porte après des semaines de fermeture. Des propriétaires ont aussi décidé de ne pas rouvrir par peur d’être contaminés par la COVID-19.

Cela signifie qu’au moins 7 enfants sur 10 n’auront pas de place en garderie. Les parents vont devoir trouver d’autres solutions pour retourner travailler.

Difficile pour les écoles d’être prêtes à temps

« Mange mes pets COVID ! » est le refrain dune chanson créée par le musicien québécois Alex McMahon avec ses enfants et la voix d’Ariane Moffatt. Luce et Albert McMahon font du rap et proposent une chorégraphie, reprise par plusieurs enfants (et des adultes !), chez eux, au Québec.

Quelques artistes font aussi leur apparition dans la vidéo, dont Stefie Shock, Valérie Roberts ou encore Emmanuel Schwartz.

Dès sa sortie et en à peine une semaine, la vidéo a dépassé 100 000 visionnements sur les réseaux sociaux. La chanson a été mise en vente à 1$. La somme récoltée par les ventes sera versée à la Fondation du centre hospitalier pour enfants Sainte-Justine, à Montréal.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 63 403 personnes infectées par le coronavirus, dont 34 327 au Québec. Jusqu’à maintenant, 4297 malades sont morts dans le pays, dont 2510 au Québec. Dans le monde, plus de 3,7 millions de personnes ont été atteintes et près de 261 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

La télémédecine se développe

Consulter un médecin directement depuis sa cuisine, c’est possible depuis quelques années. La crise de la COVID-19 accélère le développement de la médecine à distance

Avec la règle de la distanciation sociale, le confinement et les risques de contamination, il est devenu compliqué de consulter un médecin. Beaucoup consultent aujourd’hui à distance.

Les patients peuvent envoyer des photos et des vidéos pour aider le médecin à faire un diagnostic. Ils peuvent aussi faire une partie du suivi par eux-mêmes grâce à des objets connectés. Par exemple, des patients atteints de diabète peuvent mesurer le taux de sucre dans leur sang chez eux. Si l’analyse est anormale, elle est envoyée automatiquement par Internet au médecin. Il peut alors agir rapidement pour rectifier la situation. 

Dans l’avenir, la télémédecine pourrait faciliter l’accès aux soins dans les endroits privés de médecins. En France, les vétérinaires aussi peuvent désormais exercer à distance.

Comment ça se passe ailleurs ?

Le Royaume-Uni dépasse l’Italie

Le Royaume-Uni est le deuxième pays le plus touché au monde après les États-Unis. Il compte plus de 30 000 morts de la COVID-19. C’est le premier pays européen à dépasser ce chiffre.

La pandémie a touché le Royaume-Uni plus tard que d’autres pays d’Europe. Le premier mort a été annoncé le 5 mars, soit il y a à peine deux mois. 

Certains rendent le gouvernement responsable de cette situation. Ils estiment que le confinement a été mis en place trop tard (le 23 mars). Le pays a aussi manqué de tests et de masques. 

Mais le gouvernement est confiant. Le nombre de cas et de décès serait en baisse. Un début de déconfinement devrait être annoncé dans les prochains jours.


Un jour, un chiffre

50 millions

C’est la somme investie par le gouvernement du Canada pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Avec cet argent, il achètera les stocks de nourriture non vendus des agriculteurs et éleveurs canadiens. Avec la fermeture des restaurants, des hôtels et de nombreux commerces, ils ne réussissent pas à vendre toute leur production. Ils sont parfois obligés de la jeter.

Ensuite, le gouvernement distribuera cette nourriture à des organismes qui viennent en aide aux plus démunis (pauvres) et aux banques alimentaires. Celles-ci donnent des denrées (aliments) aux personnes qui n’ont pas assez de revenus pour en acheter.

Avec l’augmentation du nombre de personnes au chômage (qui ont perdu leur travail), ces organismes reçoivent beaucoup de demandes d’aide.

La question du jour

Quelle a été l’une des pires épidémies dans le monde ?

Le choléra est considéré comme la maladie la plus dévastatrice de l’histoire. Au départ, elle était seulement présente en Inde. À partir du XIXe siècle, elle s’est répandue et a atteint la Chine, le Japon, la Russie, l’Afghanistan, l’Égypte, et l’Europe.

Le choléra est une maladie des intestins provoquée par la nourriture ou l’eau contaminées. Il provoque de violentes diarrhées, parfois des vomissements. Il peut entraîner la mort en seulement quelques heures

De 1817 à 1899, il y a eu six périodes de pandémie de choléra. La maladie est arrivée au Canada en 1832 et a fait plus de 20 000 morts. La même année, 100 000 personnes en décèdent en France, en à peine six mois. 

Encore aujourd’hui, environ 3 millions de personnes sont infectées chaque année par le choléra. Il tuerait entre 21 000 et 143 000 personnes dans le monde.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Les aînés pourront revoir leur famille

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Les Canadiens en accord avec le déconfinement

Une majorité de Canadiens sont satisfaits du rythme du déconfinement*. 

Plusieurs provinces commencent à assouplir les mesures de confinement. Au Québec comme en Ontario, certains commerces ont rouvert en début de semaine. Le Manitoba permet même l’accès aux bibliothèques, musées et aux terrasses des restaurants, mais de façon contrôlée. L’Alberta prévoit la réouverture de certains magasins, des restaurants et des garderies à partir du 14 mai. 

Selon les provinces, entre 60 et 70% des répondants à l’étude indiquent qu’ils sont en accord avec ces allègements. Entre 16% et 30% auraient préféré attendre plus longtemps. 

Au Québec, par exemple, 30% des personnes interrogées souhaiteraient que le déconfinement se fasse plus tard. En Alberta, c’est une personne sur deux, soit 50%. 

*Selon un sondage réalisé par la firme Léger pour l’Association d’études canadiennes (AEC).

Difficile pour les écoles d’être prêtes à temps

Les résidents de 1900 établissements pour personnes âgées vont pouvoir retrouver une « vie normale » ou presque. Ils pourront à nouveau revoir leur famille et se promener seuls.

À deux conditions : que leur résidence ne compte pas de cas de COVID-19 probable ou confirmé et qu’ils respectent les mesures sanitaires (distanciation et lavage de mains). Ces allégements ne concernent pas les CHSLD (Centres d’hébergement et de soins de longue durée). 

Dès la semaine prochaine, les proches aidants seront aussi autorisés à assister les membres de leur famille où qu’ils vivent, même en CHSLD. 

Ces mesures arrivent alors que des aînés avaient manifesté leur colère envers les mesures de confinement ces derniers jours. Ils estimaient qu’elles étaient exagérées. Depuis le 23 mars, ceux qui vivaient en résidence n’avaient plus le droit de sortir seuls.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 61 959 personnes infectées par le coronavirus, dont 33 417 au Québec. Jusqu’à maintenant, 4122 malades sont morts dans le pays, dont 2398 au Québec. Dans le monde, plus de 3,6 millions de personnes ont été atteintes et plus de 254 000 sont mortes.


Au temps de la COVID-19…

Fêtes de virus ?

Organiser des fêtes pour se faire volontairement infecter par la COVID-19 n’est pas une bonne idée ! Certains l’ont pourtant eue. S’ils sont jeunes et en bonne santé, ils estiment que le risque d’être gravement malade est faible. En se faisant contaminer, ils espèrent développer des anticorps et être immunisés (protégés) contre le virus. Ils considèrent que si beaucoup de monde est immunisé, l’épidémie sera terminée.

Mais contracter le coronavirus de façon volontaire est une idée dangereuse. Le virus a été découvert en décembre seulement : personne ne le connaît encore bien. Il n’est pas sûr que l’attraper une fois permet de se protéger. Si l’immunité est possible, personne ne sait encore combien de temps elle dure. 

De plus, des individus infectés volontairement pourraient transmettre la maladie à des personnes fragiles. Elles pourraient tomber gravement malades voire en mourir. Si elles sont nombreuses, elles pourraient dépasser les capacités de soins des hôpitaux.

Comment ça se passe ailleurs ?

Le Brésil, nouvel épicentre ?

Le Brésil fait désormais partie des 10 pays les plus touchés au monde par le coronavirus. Le nombre de cas a doublé en à peine une semaine. À ce jour, les chiffres officiels comptabilisent plus de 100 000 cas et 7000 morts. 

Mais ces chiffres pourraient être 16 fois plus importants, car peu de tests sont effectués et que le confinement est de moins en moins respecté. Dans ce cas, le Brésil serait un des principaux foyers de contamination de la COVID-19 (épicentre). 

La situation pourrait alors être dangereuse pour le pays. Ses hôpitaux ne sont pas toujours bien équipés. Ils seront aussi vite débordés si de nombreux malades doivent être hospitalisés. Le pic du nombre de cas paraît loin d’être atteint. Le Brésil est le 2e pays qui enregistre le plus de nouveaux cas chaque jour, après les États-Unis.


Un jour, un chiffre

850 millions de dollars

C’est la somme investie par le gouvernement du Canada dans les travaux de recherche pour lutter contre la COVID-19

Avec d’autres pays, elle a lancé la « Réponse mondiale au coronavirus ». C’est une initiative prise par le Canada, l’Union européenne, des pays d’Europe, la Grande-Bretagne, la Norvège, le Japon et l’Arabie saoudite. Le but  : recueillir au moins 11,6 milliards de dollars canadiens pour trouver des traitements contre le coronavirus. 

Ils veulent aussi s’assurer que les médicaments et l’éventuel vaccin qui seront trouvés puissent être accessibles au plus grand nombre, même pour les populations des pays pauvres.

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, déclarait le mois dernier qu’un vaccin serait nécessaire « dans tous les coins du monde… à des prix abordables ».

La question du jour

On répond à la question de Marie-Kim.

Est-ce que le gouvernement peut changer de décision sur la réouverture des écoles et nous renvoyer à la maison?

Oui. Pour l’instant, les écoles primaires et les garderies doivent ouvrir le 11 mai, sauf dans le Grand Montréal où les classes reprendront le 19 mai.

Mais si l’épidémie s’aggrave, le gouvernement pourrait faire marche arrière et retarder le retour à l’école. Une fois les écoles rouvertes, elles pourraient refermer si le nombre de cas augmente beaucoup.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Course contre la montre pour les écoles

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Montréal : l’ouverture des commerces reportée

Les commerces du Grand Montréal devront attendre le 18 mai pour reprendre leurs activités. C’est ce qu’a annoncé le premier ministre François Legault. 

La réouverture des commerces de cette région devait se faire le 11 mai. Mais le gouvernement estime que la région n’est pas encore prête : il y a encore trop de cas. Les écoles et les garderies devraient malgré tout rouvrir à partir du 19 mai, comme prévu. 

Ailleurs au Québec, les commerces ont rouvert leurs portes dès ce matin. Les mesures sanitaires doivent y être respectées : deux mètres de distance, désinfectant pour les mains… Certains magasins proposent même des masques.

Les barrages policiers ont aussi été levés dans plusieurs régions : les Laurentides, Lanaudière, Chaudière-Appalaches et à Rouyn-Noranda.

Difficile pour les écoles d’être prêtes à temps

Certaines écoles craignent de ne pas pouvoir rouvrir leurs portes à partir du 11 mai. Beaucoup de mesures doivent être mises en place pour accueillir les élèves en toute sécurité. 

Chaque école doit pouvoir garantir deux mètres de distance entre chaque élève et des classes de 15 élèves maximum. Les deux semaines de préparation risquent de ne pas être suffisantes.

Certaines écoles redoutent (craignent) aussi de manquer d’enseignants. Environ 60% des élèves du primaire devraient retourner en classe. Or, un professeur sur cinq pourrait être absent dans une majorité d’écoles. Les personnes de plus de 60 ans ou ayant une santé fragile ne pourront en effet pas retourner travailler. 

En France, la situation est identique : plus de 300 villes de la région parisienne estiment qu’elles ne pourront pas ouvrir les écoles à la date prévue.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 60 615 personnes infectées par le coronavirus, dont 32 623 au Québec. Jusqu’à maintenant, 3951 malades sont morts dans le pays, dont 2280 au Québec. Dans le monde, plus de 3,5 millions de personnes ont été atteintes et près de 249 000 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

Taïwan, modèle de la lutte contre le virus

Les enfants vont à l’école, les restaurants sont ouverts… Taïwan n’est pas confinée. Elle est pourtant située à une centaine de kilomètres seulement de la Chine. L’île est même considérée comme un modèle à suivre dans sa lutte contre la pandémie. 

Sa recette ? Une réaction rapide, l’utilisation de la technologie, le port massif du masque, la multiplication des tests.

Contrôles à bord des avions, prise de température des voyageurs, mise en quarantaine des voyageurs venant de zones infectées. Toutes ces mesures ont été mises en place avant même que l’alerte mondiale de la pandémie soit lancée.

Les déplacements des citoyens sont également suivis à travers leurs téléphones portables et une puce installée sur leur carte d’assurance maladie. Le port du masque a été imposé, notamment dans le métro. L’État en a produit jusqu’à 10 millions par jour.

Des manifestations contre le confinement

Canada, États-Unis, Colombie, Venezuela, Russie, Allemagne, Tunisie, Afrique du Sud, Brésil… Le monde entier est secoué par des manifestations contre le confinement

Les habitants sont opposés au confinement pour différentes raisons. Pour certains, c’est presque une question de vie ou de mort : sans pouvoir sortir travailler, ils n’ont plus d’argent pour nourrir leurs familles. Pour d’autres, c’est aussi des préoccupations pour l’avenir qui les motivent. Depuis la mi-mars, 30 millions de personnes ont perdu leur travail aux États-Unis. C’est un record. 

Dans certains pays, les citoyens critiquent les mesures prises par leur gouvernement. Ils craignent qu’il utilise le prétexte de la COVID-19 pour réduire les libertés de la population et imposer son pouvoir.


Un jour, un chiffre

Une sur cinq

Une personne infectée sur 5 par le coronavirus n’a pas de symptômes. C’est ce que révèle une étude faite à Gangelt, en Allemagne, sur 919 individus. 

Cela prouve que de nombreuses personnes sont infectées sans que personne ne s’en rende compte. Le nombre de cas dans le monde pourrait donc être bien plus important que ce que montrent les chiffres officiels. En Allemagne, ils pourraient être 1,8 million d’habitants contaminés, soit 10 fois de plus que le nombre de cas confirmés. 

Les personnes asymptomatiques (sans symptômes) peuvent en contaminer d’autres sans s’en rendre compte. C’est pour cela que les mesures sanitaires comme le lavage de main ou la distanciation sociale sont importantes.

La question du jour

Comment détermine-t-on qui est rétabli (guéri) ?

Au Canada, les critères varient selon les provinces. Mais généralement, les malades sont considérés comme rétablis 

  • s’ils n’ont plus de fièvre depuis au moins trois jours, sans utiliser de médicaments pour la faire baisser, 
  • si 10 ou 14 jours selon les provinces se sont passés depuis le début des symptômes,
  • et si les symptômes se sont améliorés

Initialement, des tests de contrôle étaient effectués. Mais ce n’est plus le cas systématiquement. Ces tests pourraient détecter la présence du virus même s’il n’est plus actif. Un test pourrait donc être positif des semaines après que la personne a guéri.

*il s’agit d’un prénom d’emprunt pour préserver l’anonymat.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.

Rentrée : des informations au compte-gouttes

Pendant ces journées d’isolement forcé, retrouvez les dernières nouvelles sur le front de la Covid-19, ici et ailleurs.

Les nouvelles du jour

Des précisions sur la rentrée en classe

Le retour à l’école se fera à temps plein. Il n’y aura pas de demi-journées. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, hier. 

La fin de l’année scolaire sera bien en juin. Elle ne sera pas décalée sur l’été. Il restera donc seulement six semaines d’école pleines pour les élèves. 

Comme il a été annoncé en début de semaine, il n’y aura que 15 élèves par classe. Tous les locaux (bibliothèque, gymnase, cafétéria…) pourront devenir des classes. Des installations municipales (de la ville) et des écoles secondaires, qui sont vides, pourront aussi accueillir les élèves.

Certains enfants pourraient ne pas retrouver le même enseignant qu’avant la pandémie. Les suppléants, les finissants, les étudiants en éducation et des enseignants du secondaire pourraient être appelés en renfort. 

L’organisation précise du retour à l’école dépend de chaque établissement. Il communiquera toutes les informations aux parents quelques jours avant la reprise.

Plus de dépistage, plus de cas à prévoir

Aujourd’hui, 28 648 cas de COVID-19 ont été confirmés au Québec. Mais dans la réalité, ce serait plutôt 250 000 Québécois qui pourraient être contaminés, selon Dr Horacio Arruda, le directeur national de la santé publique. Beaucoup de personnes ne sont pas dépistées.

Le gouvernement du Québec veut multiplier les tests pour atteindre 14 000 par jour d’ici la fin de la semaine prochaine. Le but est de tester le plus grand nombre de personnes afin de suivre l’évolution de la COVID-19. Cela permettra aussi d’isoler les personnes infectées

À partir de la semaine prochaine, toute personne ayant des symptômes et celles qu’elle a fréquentées seront testées ainsi que les premiers répondants et les travailleurs de la sécurité publique comme les policiers et les pompiers.

Le bilan du jour

Aujourd’hui, le Canada compte 53 670 personnes infectées par le coronavirus, dont 28 648 au Québec. Jusqu’à maintenant, 3462 malades sont morts dans le pays, dont 2022 au Québec. Dans le monde, plus de 3,2 millions de personnes ont été atteintes et près de 234 000 sont mortes.


Comment ça se passe ailleurs ?

L’OMS veut enquêter sur les origines du virus

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) demande à la Chine de pouvoir participer aux enquêtes pour comprendre comment est apparue la COVID-19.

L’OMS soutient la Chine depuis le début de la crise : elle estime qu’elle a été transparente et qu’elle a prévenu rapidement le monde de l’épidémie. Mais certains ne sont pas de son avis : ils pensent que la Chine ne dévoile pas toutes les informations. Le président des États-Unis, Donald Trump, affirme que le virus s’est en fait échappé d’un laboratoire de Wuhan mal protégé. 

Plusieurs pays ont eux aussi émis des doutes sur l’origine de la pandémie. Le président américain a critiqué le soutien apporté par l’OMS à la Chine. Il a d’ailleurs coupé le financement d’un demi-milliard de dollars qu’il donne d’habitude à l’Organisation. La Chine a décidé de verser plus d’argent à l’OMS pour l’aider à faire face à cette baisse de ses revenus.

L’Inde prolonge le confinement

Les Indiens devront rester chez eux deux semaines de plus que prévu. Ils seront confinés jusqu’au 18 mai. Certaines activités ont tout de même pu reprendre le 20 avril. 

Le pays a été découpé en zones selon le degré de gravité de la COVID-19. Les zones vertes sont les moins touchées. Elles pourront alléger les mesures de prévention. Les zones rouge et orange sont encore très à risque. Elles devront continuer à surveiller les allées et venues de leur population. Les déplacements demeureront interdits. 

Le deuxième pays le plus peuplé du monde avait annoncé le confinement le 25 mars. Au total, 1,3 milliard de personnes se sont retrouvées chez elles et plusieurs millions sans travail.

À ce jour, l’Inde compte plus de 35 300 cas et 1152 morts.


Un jour, un chiffre

1 million

C’est le nombre de personnes guéries de la COVID-19 dans le monde. Plus précisément, il y aurait 1 022 331 guérisons, selon l’université américaine Johns Hopkins. Les pays où le nombre de personnes guéries est le plus important sont les États-Unis, l’Allemagne et l’Espagne. 

Le Canada tient la 11e place du classement avec 21 422 guérisons. Au total, 40% des personnes qui ont contracté la COVID-19 sont rétablies aujourd’hui, au Canada. 

Les questions du jour

Merci pour vos nombreuses questions. Continuez de nous lire : nous y répondrons dans nos prochains articles. Beaucoup portent sur les détails du retour à l’école. Malheureusement, il est trop tôt pour avoir ces réponses. Nous ferons le point dès que la situation sera plus claire !

Aujourd’hui, on répond aux questions de Mimi* et Sophie

Est-ce que les élèves et les enseignants devront porter des masques?

Non. Seules les éducatrices en service de garde devront en porter. Les enseignants des écoles primaires, qui rouvrent bientôt, et les élèves ne seront pas obligés d’en porter un. Mais ils pourront le faire s’ils le souhaitent. Des masques seront fournis aux enseignants qui travaillent avec des élèves qui ont des besoins particuliers. Il est parfois plus difficile de maintenir la distanciation sociale de deux mètres avec eux.

Quelle catégorie d’élèves pourra retourner en classe ? Est-ce que ça va être les élèves en difficulté ou bien ils vont piger au hasard ?

Tous les élèves du primaire pourront retourner à l’école à partir du 11 mai ou du 19 mai s’ils habitent dans le Grand Montréal. Il faut seulement que leurs parents soient d’accord. Pour l’instant, le gouvernement n’a pas donné de détails sur la répartition dans les classes. Chaque école en informera les parents et les élèves dès que son plan sera prêt. Cela demande beaucoup de changements et de préparatifs. Il faut être patient.

*il s’agit d’un prénom d’emprunt pour préserver l’anonymat.

→ Et toi, as-tu une question à nous poser ?
Si oui, écris-nous sur info@lecurieux.info. On y répondra dans nos prochains articles !

Pour en savoir plus sur la COVID-19, tu peux télécharger gratuitement notre dossier : en français, ICI, en anglais, ICI et en espagnol, ICI.

Lis aussi nos toute nouvelles fiches pour faire le tour d’une question d’actualité en un clin d’oeil ! Comment gérer son stress ? : ICI ; Pourquoi le chômage augmente-t-il ? : ICI

Textes : Anne Gaignaire et Léa Villalba
Visuel de la rubrique : Amélie Bérubé

Merci à The Noun Project pour les illustrations.